Prise de conscience & croyances

Une croyance est une affirmation que nous pensons vraie ! Nos croyances peuvent être bénéfiques ou non bénéfiques.

Nos croyances se sont crées principalement pendant notre enfance lorsqu’une situation ou une personne nous a faire souffrir ou lorsque nous avons cru faire souffrir quelqu’un, nous avons alors enregistré dans notre mémoire mentale que par exemple : quand on est spontanée, on se fait punir ou qu’être libre c’est être irresponsable …

Les avantages d’une croyance et ses 4 aspects positifs

1. Elle nous permet d’avoir des bases, des connaissances partagées. 

2. C’est une ressource positive. Lorsque nous sommes dans une situation de rupture, on se sert d’une croyance  pour arriver à expliquer la réalité ou parfois même à la supporter. Tous les mythes sont des croyances qui nous permettent d’expliquer l’inexplicable et nous stabilise en tant qu’être humain. 

3. Elle est porteuse de sens : Cela signifie que lorsque nous avons une croyance, lorsque nous croyons à quelque chose, il y a toujours derrière un sens profond. 

4. Elle reflète l’appartenance à un groupe : C’est très important parce qu’elle permet, en tant    qu’individu, de ne pas être seul. Elle permet d’avoir des codes sociaux de reconnaissance. 

Il existe des croyances qui sont partagées par tous : 

    • Rappelez-vous que les hommes croyaient que la terre était plate !! Il s’agissait d’une croyance partagée par tous. Lorsqu’une croyance est partagée par tous, elle permet de rendre le monde plus stable, d’avoir des points de repère et cela est essentiel mais il faut être conscient que ce ne sont que des croyances. 

En revanche, les croyances non bénéfiques réveillent des peurs comme par exemple la peur d’être jugé négativement.

Les freins engendrés par nos croyances non bénéfiques sont de plusieurs natures

La croyance est un filtre de la réalité, la personne voit la réalité à travers ses croyances. 

La croyance est un limiteur de possibilité. 

La croyance peut être une source d’inconfort, voire de mal être. Là, ce n’est plus un  limiteur de possibilité mais un empêcheur d’être soi-même.

La croyance peut être relative à ce qui n’est pas connu : Elle peut avoir trait à l’ignorance, au doute, à l’estimation personnelle, à la mésestime personnelle ou à la conviction personnelle.

L’égo est la somme de nos croyances non bénéfiques ou limitantes. L’égo est constitué de mémoire et se fie uniquement au passé.

On peut comparer l’égo à un voisin à qui nous aurions donné beaucoup de place et qui viendrait chez nous à tout moment pour nous dire comment vivre notre vie. Ce voisin se sentirait super important et indispensable. Il serait convaincu que nous ne pouvons plus vivre sans lui. 

C’est cette petite voix dans notre tête qui nous dit : « Tu as fait ça tu n’aurais pas du … que vont penser les autres de toi »

Chaque petite voix est liée à une de tes croyances. Plus nous leur donnons raison et plus elles prennent de l’importance. 

Notre égo n’a aucune idée de ce dont nous avons besoin. Il se fie à nos croyances pour décider de ce qui est bien ou non pour nous.

Nous passons notre temps à valider nos propres croyances, tout simplement parce que cela nous rassure. L’homme a toujours eu besoin de croyances pour survivre. 

En moyenne, nous sommes conscients entre 5% et 10% de ce qui se passe en nous. Cela veut dire que nous sommes très peu conscients des fois où ce sont nos croyances qui dirigent notre vie.

Le coaching permet de prendre conscience de nos croyances pour ensuite pouvoir choisir si on a encore envie d’y croire. Les outils utilisés en coaching permettent de sortir des spirales dont on ne veut plus, pour répondre à nos besoins et atteindre nos objectifs.

Devenir conscient de nos croyances, de l’existence de notre égo, de notre degré d’ego est un des moyens de gagner en sérénité, en responsabilisation et de progressivement reprendre le pouvoir sur sa vie.

Comme le dit Jacques Salomé : « Nous sommes les forgerons de nos propres chaines et le plus souvent de très habiles Artisans »